L’Institut V se mobilise pour apporter son soutien aux professionnels de la gastronomie végétale. Avec les Chefs restaurateurs, traiteurs et pâtissiers, on s’organise pour affronter la crise. 

Un groupe What’s App a été créé et des webinars ont été organisés. L’objectif ? Créer le lien entre professionnels et leur permettre d’échanger sur des sujets communs.

Les outils collaboratifs prennent tout leur sens aujourd’hui. Ils permettent plus que jamais de fédérer la communauté autour de problématiques métiers.

Ces premiers échanges nous ont permis d’identifier les difficultés liées à la crise du Covid-19 et de réfléchir aux actions à mettre en place.

Une activité à l’arrêt

Stages reportés, commandes annulées, service traiteur suspendu, prestations de conseil mises en attente… Quasiment tout le monde a fermé sa boutique ou a mis en place des horaires aménagés et a drastiquement réduit son activité. Nombreux sont ceux à se questionner sur “l’après” et à être préoccupés par la fermeture définitive éventuelle de leurs activités.

Ceux qui peuvent encore garder un minimum d’activité sont freinés par le manque de disponibilité des livreurs. La circulation de marchandises est certes autorisée, mais les moyens humains sont limités. Aussi, comme les contacts physiques sont à éviter, l’échange de marchandise est compliqué à gérer. Des questions se posent dans cette situation paradoxale : Peut-on faire appel à quelqu’un pour nous aider ? Qui peut-on côtoyer pour maintenir a minima notre activité ?…

Un doute existe également sur les aides administratives et financières. Pour ceux qui ont un bail commercial, la possibilité de reporter les loyers n’est pas tout à fait claire. Selon son statut juridique et la maturité des projets, les aides financières pourraient ne pas concerner certain(e)s. Et quand bien même des aides seraient apportées, quid des conséquences éventuelles de ces compensations ? 

Le contact client rompu

Ces professionnels qui travaillent habituellement avec le public, que ce soit sur leur site de production, leur restaurant ou sur des salons professionnels, n’ont plus de contact avec leurs clients. Des interactions qui permettent pourtant à certain(e)s de se faire connaître et de gagner en visibilité. 

Outre l’aspect social, c’est tout un pan de leur activité qui doit être revu. En effet, cette absence de contact leur demande de revoir leur stratégie de communication pour se faire connaître autrement auprès du public.

En attendant que la crise passe…

On pourrait prendre cela pour des vacances forcées bien que ce ne soit pas pour tout le monde une partie de plaisir. En attendant d’y voir plus clair, chacun avance sur des sujets plus administratifs et réfléchit à la manière de réinventer son activité, en imaginant différents scénarios. 

Certains travaillent sur de nouvelles recettes et échangent leurs idées au sein du réseau.

D’autres se mobilisent dans leur région pour mettre en place des initiatives locales. A Marseille par exemple, la pâtisserie végétale Oh Faon fait partie d’une association de Chefs qui propose des paniers repas au personnel soignant.

Cette période permet aussi de se consacrer un peu plus à la communication de son entreprise, de travailler de nouveaux formats de contenus, de se pencher sur l’écriture de livres restés en suspens. Une opportunité pour parler de soi et promouvoir son savoir-faire autrement.

Une nouvelle vie se prépare

Au-delà de l’aspect professionnel, ce nouveau temps qui est “proposé” permet à tous de se consacrer à des projets plus personnels, liés à sa vie de famille ou à sa maison.

Il est encore trop tôt pour connaître l’impact réel de la situation et les conséquences qui en découleront. Certains restent optimistes, d’autres envisagent le pire. 

Si avec cette crise le monde venait effectivement à changer et que l’économie se transformait, peut-être que d’autres besoins émergeront, sous d’autres formats, et qu’ils permettront à tous de se renouveler. 

L’Institut V continue d’accompagner les professionnels du réseau. Ensemble nous préparons la vie d’après. Les échanges sont plus riches que jamais. Les idées circulent. Des recettes végétales se préparent en secret. La sortie de crise pourrait bien être encore plus gourmande !

Bon courage à tous !

Partager cet article :